top of page

Chassés des cafés, des musiciens créent le Parc Duden Blues (RTBF actus)

Par Marc Oschinsky



Le Krewe du belge, ce nom ne vous dit probablement pas grand-chose. Pourtant, ce groupe, inspiré des krewes, ces fanfares qui se produisent à la Nouvelle-Orléans pendant le carnaval, existe à Bruxelles depuis quatre ans. Mais voilà : pendant ces quatre ans, il y a eu le Covid. Et le Krewe, qui compte entre dix et vingt musiciens, n’a plus pu répéter dans un lieu fermé. Ils ont alors eu cette idée toute simple : pourquoi ne pas jouer dans un grand espace ouvert ? Comme la plupart d’entre eux sont forestois, le choix était évident. Il fallait jouer au Parc Duden !


"On n’avait qu’une obligation, se souvient Christophe Mercier, l’un de fondateurs du Krewe, c’était qu’on ne pouvait pas s’arrêter de marcher. C’était l’époque où le confinement avait été adouci : on pouvait se promener dans les parcs, mais interdiction de s’asseoir ou de rester sur place. D’ailleurs, dès qu’on faisait mine de ralentir le pas, les gardiens étaient là pour nous rappeler à l’ordre. Ce qui, somme toute, était assez cohérent pour une fanfare, un marching band."


Depuis, le Krewe a pu retrouver le chemin des cafés pour y interpréter, notamment, ses versions bluesy-jazzy de grands hits belges comme "Ça plane pour moi " ou "Putain Putain" (qui commence par une petite Brabançonne). Mais ils en ont profité pour composer un morceau dédié à leur parc. "Parc Duden Blues", basé sur le standard "Basin Street Blues".


La chanson est aussi un clin d’œil aux Bhoys, les supporters de l’Union Saint-Gilloise, dont le stade est aussi dans le parc. Sans compter que le Krewe trouve que Bruxelles a un retard à combler sur Paris ou même sur la Nouvelle-Orléans en termes de chansons qui lui sont consacrées : "On cite toujours Dick Annegarn, reprend Mercier. Mais il est Néerlandais. Quant à Brel, il a vécu à Paris l’essentiel de sa vie, et sa chanson peut se résumer à "C’était mieux en 1900". Heureusement, aujourd’hui, les jeunes s’y mettent. Regardez Angèle, ou les supporters de l’Union, avec leur chant "Bruxelles, ma ville, je t’aime"."

Le Krewe du Belge constate que, depuis le Covid, l’attitude des voisins et des autorités a changé : "Maintenant, explique Christophe Mercier, il suffit parfois d’une plainte d’un seul voisin pour que la police intervienne et nous demande de remballer nos instruments. Nous, on milite pour le retour de la musique live en ville. C’est très important qu’il y ait de la musique jouée, et pas seulement des DJ. Il faut tolérer qu’il y ait, à certains endroits, un peu de bruit, qu’on ait des "zones franches". Sinon, on n’est plus une ville."


Le clip de Parc Duden Blues vient de sortir. Il est tourné en une seule prise, même s’il a fallu que le groupe s’y reprenne à trois fois. Et il vous donnera peut-être envie de retourner vous perdre dans les allées de ce bout de la Forêt de Soignes en pleine ville.

2 vues0 commentaire

コメント


bottom of page